Bien planifier les travaux

Faites la liste chronologique des travaux à entreprendre. S’il s’agit d’une rénovation importante, la priorité ira aux travaux de sauvegarde (réfection du toit par exemple), puis aux améliorations (aménagements divers, comme la cuisine ou un salon multimédia) et enfin aux finitions (peinture).

Évaluez la somme que vous êtes prêt à dépenser ; prenez contact avec des organismes financiers si vous envisagez un emprunt. Retirez 10 à 15 % du total obtenu… pour les imprévus ! Vous disposez ainsi d’un budget qui servira de base de travail à un architecte ou aux artisans auxquels vous demanderez des devis.

Constituez votre dossier rénovation avec photos de magazines et brochures publicitaires pour exprimer le plus précisément possible vos souhaits aux professionnels que vous allez contacter.

Consultez les services municipaux pour connaître les règlements attachés à votre lieu de résidence.

Obtenez tous les permis requis.

Prenez contact avec les entreprises. Deux ou trois devis vous permettront d’apprécier leur sérieux et de choisir les meilleures. Assurez-vous qu’elles disposent des assurances nécessaires.

Préférez les devis les plus détaillés, indiquant non seulement le prix mais aussi les modalités de paiement (ne payez jamais la totalité des travaux ou des services à l’avance), et précisant le calendrier des interventions.Faut-il un architecte ?Consulter un architecte est obligatoire si le rehaussement d’un toit ou l’aménagement de combles amènent à une surface habitable totale (y compris l’existant) supérieure à 170 m2.

Refaire la toiture

En principe, il n’y a pas de déclaration à faire si vous refaites votre toit à l’identique. Mais si vous changez le matériau de couverture, vous devez déposer une demande auprès de votre commune. Et si vous êtes dans une zone classée ou que votre bâtiment est lui aussi classé, l’accord des Monuments historiques est nécessaire.

Des fuites localisées (ardoises ou tuiles cassées par exemple) justifient de simples réparations. Sinon, mieux vaut refaire toute la couverture. Certains signes ne trompent pas : des poutres sont cassées, elles se sont fissurées, le bois est attaqué par les parasites… Selon votre budget, vous opterez pour des matériaux qui vous assureront un toit à moyen terme (30 ans) ou à long terme (60, 80, 100 ans), le prix variant globalement de 1 à 4.

Les couvreurs, en principe, ont des bâches. Mais faites bien préciser ce point dans le devis.

Changer le chauffage

Changer de source d’énergie n’est pas une affaire de coup de coeur : on peut être pour la préservation de la nature sans recourir systématiquement au solaire, au géothermique ou à l’éolien. Sans parler du coût de l’installation, n’oubliez pas que la fabrication d’un panneau solaire ou d’une éolienne occasionne une dépense en énergie fossile (matières premières, assemblage, transport…) qui ne sera compensée qu’après plusieurs années de fonctionnement… et jamais si le vent et le soleil sont trop rarement au rendez-vous !

Aussi ne vous lancez pas dans de grands travaux avant de faire le vrai bilan de votre installation ou, mieux, de faire établir un diagnostic thermique par un spécialiste. Le jeu en vaut la chandelle. Il saura vous poser les bonnes questions : s’agit-il d’une résidence principale ou secondaire ? L’isolation (murs, toit, fenêtres) est-elle perfectible ? Bref, il saura mettre en évidence les failles de votre installation actuelle

Pourquoi demander un permis de construire ?

La procédure d’octroi des permis de construire permet d’assurer la conformité d’un projet de construction au plan d’affectation des zones communal ainsi qu’aux dispositions légales et réglementaires (protection de l’environnement, conservation du patrimoine, sécurité et prévention, santé publique, etc.). Elle permet aussi de préserver l’intérêt public et les droits des tiers (voisins) et de fournir un droit de construire reconnu au requérant.

Le permis de construire est un acte administratif. Lorsqu’il est accordé et entré en force après le délai de recours (exécutoire), il donne droit à l’exécution des travaux.

Le permis est délivré :

  • pour un objet déterminé. Si de nouvelles modifications doivent être faites, il faut faire une autre demande.
  • à un bénéficiaire donné. Le permis est personnel (art. 104, al. 4 LATC). Le détenteur peut changer, mais la municipalité doit en être immédiatement informée.
  • pour une durée de 2 ans, prolongeable 1 an (art. 118, al. 1 LATC)

Le permis de construire indique les autorisations spéciales accordées par l’Etat et leurs conditions particulières (RLATC art.75, al. 2).

Combien coûte un permis de construire ?

Le coût d’une permis de construire est composé de plusieurs éléments :

  • le coût de la publication dans le journal local
  • les émoluments communaux, calculés selon le règlement communal
  • les émoluments cantonaux, calculés en fonction de la durée de traitement par les services et en fonction du Règlement sur les émoluments en matière administrative (Re-Adm)
  • le coût de la publication dans la Feuille des avis officiels (FAO)

La CAMAC facture au requérant les émoluments cantonaux ainsi que la publication dans la FAO. La facture est émise dès l’envoi de la synthèse à la Municipalité.

Combien de temps faut-il pour obtenir un permis de construire ?

Il n’y a pas de durée fixe. Elle dépend du type de projet et de la complétude du dossier.

  • Tout d’abord, la commune contrôle le dossier et peut demander des compléments avant de mettre celui-ci à l’enquête.
  • Ensuite, la demande est traitée par les services cantonaux qui délivrent les autorisations. En principe la durée de traitement est de 30 jours. Le traitement des oppositions reçues après le délai d’enquête, des visites de chantier, l’attente de compléments ou d’autres événements prolongent ce délai. L’ensemble des réponses cantonales est contenu dans la synthèse CAMAC qui fait l’objet d’une communication unique à la Municipalité.
  • Dès réception de la synthèse CAMAC, la commune dispose de 40 jours pour répondre au requérant.

Quels sont les travaux non soumis à un permis de construire ?

Certains travaux ne sont pas soumis à permis de construire, il faut alors demander une autorisation municipale pour construction de minime importance à la commune.

Pour faire l’objet d’une demande d’autorisation municipale pour construction de minime importance, le projet doit respecter simultanément les conditions ci-après:

  • Objets ou travaux de minime importance (art. 68a RLATC)
  • Transformation ou construction dispensée d’enquête publique
  • Transformation ou construction ne nécessitant pas d’autorisation cantonale
  • Aucune atteinte à un intérêt public majeur telle la protection de la nature, du paysage, des régions archéologiques, des sites naturels ou construits et des monuments historiques ou à des intérêts privés dignes de protection tels ceux des voisins
  • Pas d’influence sur l’équipement et l’environnement
  • Implantation en zone à bâtir
  • Objet non classé à l’inventaire des monuments historiques
  • Dossier de compétence municipale  

La Municipalité peut décider que votre projet nécessite une mise à l’enquête. Dans ce cas, des informations  et des documents supplémentaires seront nécessaires. Une demande de permis de construire devra être déposée. 

En cas de doute sur le type d’autorisation nécessaire à votre projet, veuillez vous adresser à votre commune.

Pourquoi faut-il faire appel à un architecte ?

Votre maison est un investissement conséquent, soyez sûr d’avoir un professionnel à vos côtés tout au long du projet. Quand on rêve de faire construire sa maison, faire appel à un architecte est un gage de réussite. Mais pourquoi faire appel à ce professionnel si certains travaux ne l’exigent?

Faire appel à un architecte c’est la garantie d’un projet sur-mesure, d’une maison personnalisée qui vous ressemble, une habitation unique. Un bon architecte augmente la valeur de votre maison. Il est formé pour concrétiser votre maison de rêve en l’esquissant et en ressortir les plans.  Il sait pour cela vous écouter, comprendre vos besoins et attentes et vous conseiller, si besoin, vers les bons choix.

Lorsque vous faites appel à un architecte, vous l’embauchez pour ses connaissances, compétences et expériences et pas seulement pour ses plans et esquisses ! C’est le professionnel qui a les capacités et visions pour mieux concevoir votre maison. Il saura mener à bien votre projet que ce soit d’ordre administratif ou technique. C’est le mieux placé pour s’assurer que les plans respectent les règles d’urbanisme et répondent à toutes les exigences afin d’obtenir le permis de construire.

Quand on rêve de faire construire sa maison, faire appel à un architecte est un gage de réussite. L’architecte est formé à concevoir des projets adaptés à vos besoins, votre terrain et faire rentrer le budget dans votre enveloppe financière. Ces conseils vont du choix des matériaux, des prestataires ou encore des méthodes de construction.

Les honoraires des architectes varient selon le montant des travaux et la nature du cahier des charges. L’architecte vous accompagne en toute impartialité tout au long de votre projet. Disposant de son réseau de professionnels et artisans, il peut négocier pour vous pour les prestations tout en s’assurant de la bonne mise en oeuvre de votre projet.

Découvrez les étapes d’une nouvelle construction

1 – Détermination du budget

Votre budget limitera la taille, le type de construction, les caractéristiques intérieures et la personnalisation de la maison.

2 – Achat du terrain

Si vous ne disposez pas encore de terrain, sachez que lors d’un achat, l’emplacement de votre maison jouera un rôle important dans la détermination des coûts, ainsi que les détails supplémentaires comme l’accessibilité et la proximité (commerces, écoles, transports, divertissement, etc.)En

3 – Choix de l’architecte et établissement des plans

Le choix de l’architecte est primordial car c’est celui qui va concrétiser votre rêve ! Choisissez-le en fonction du type de maison que vous voulez ainsi que de la proximité par rapport au site de construction.

4  – Choix de la méthode de construction

Avec l’aide de l’architecte, il convient de déterminer la méthode de construction adapter à vos besoins, budgets, conviction, entre une maison en construction traditionnelle, bois, terre crue ou préfabriquée.

5 – Obtention du permis de construire

Il est vivement recommandé de confier cette tâche à votre architecte, qui est qualifié pour monter le dossier. Son obtention peut être rapide ou lente en fonction du projet et de la solidité du dossier. En moyenne, son instruction prend 2 mois.

6 – Début du chantier

Cette phase est divisée en deux grandes catégories de travaux : le gros-oeuvre et le second-oeuvre. Les travaux de gros-oeuvre se composent des éléments structurels de la maison, du sol au toit. Tandis que le second-oeuvre rassemble les éléments d’aménagement intérieur et de finitions pour l’esthétique, la fonctionnalité et le confort de la maison.

7 – Fin du chantier 

A la fin des travaux, vous effectuez les vérifications avec votre architecte, afin de constater que tous les travaux ont bien été réalisés suivant les normes et vos demandes. Une réception de l’ouvrage est nécessaire avant de pouvoir occuper la maison.

8 – Réception des travaux

A la réception des travaux, vous pouvez habiter dans votre maison. La réception est consignée dans un procès-verbal. La date de réception des travaux est la date légale du début des périodes de garanties des travaux, notamment la garantie décennale de la solidité du gros-oeuvre.

9 – Aménagement paysager 

L’aménagement paysager est la dernière étape de la construction de maison individuelle. Il est facultatif et peut inclure, entre autres, la pose de gazon, la plantation d’arbres et d’arbustes et même l’ajout de passerelles décoratives.

Ces étapes de construction d’une maison individuelle peuvent varier en fonction des besoins du porteur de projet, de l’emplacement et des circonstances.

Quel professionnel pour rénover ?

Il est évident que rénover une maison est moins complexe que d’en construire une neuve. Cependant il ne faut jamais sous-estimer la complexité d’un chantier puisque comme tout projet de construction, l’on peut toujours être confronté à des difficultés ou rencontrer des mauvaises surprises. C’est l’état initial d’une maison ainsi que le degré d’intervention qui va déterminer la difficulté à rénover. 

Selon l’état de la maison à rénover et les travaux souhaités, le chantier peut être rapide comme il peut prendre des mois, et nécessite l’intervention de différents corps de métier ou artisans. C’est dans ce contexte que le recours à un professionnel de la planification et de la construction est nécessaire.

En effet, afin de mener à bien la rénovation d’une maison, il est alors nécessaire de faire appel à un architecte ou dans le cas le plus simple à un directeur des travaux. Ces professionnels possèdent l’expérience nécessaire afin de conduire le chantier et de le mener à son terme tout en respectant les contraintes financières, le planning,… C’est donc le premier choix à faire pour le maître de l’ouvrage.

Le choix des entrepreneurs et artisans va par la suite grandement  conditionner la réussite d’une rénovation. Un professionnel respectant les réglementations  en vigueur et disposant de l’expérience nécessaire permettra d’envisager sereinement les travaux.

12